logoFrancebilan.fr Accueil Panier Se connecter S'inscrire Contact

<<< Analyser l'activité

L'équilibre financier

Le bilan fonctionnel >>>
L'équilibre financier: FRNG et BFR >>>
L'analyse du BFRE >>>
Structure financière >>>
Analyse de l'équilibre financier: Endettement et solvabilité >>>

équilibre

Bien que le bilan comptable soit toujours équilibré, il est nécessaire de vérifier la cohérence de cet équilibre.
L'analyse du bilan permet de comprendre comment l'entreprise a financé ses immobilisations, ses stocks et ses créances.
L'étude des différents cycles (financement, investissement, exploitation, trésorerie) est réalisé à travers le calcul du fonds de roulement (FRNG), du besoin en fonds de roulement (BFR) et de la trésorerie nette.
Là encore, il faudra retraiter les données comptables pour atteindre notre objectif.

Les différents cycles

cycles

Pour construire le bilan fonctionnel il faut regrouper les éléments du bilan par cycle:

  • le cycle d'investissement: regroupe les opérations de l'acquisition d'immobilisations jusqu'à leurs cessions;
  • le cycle de financement: regroupe les opérations ayant pour but de réunir les ressources durables;
  • le cycle d'exploitation: regroupe les opérations liées à l'activité cyclique;
  • le cycle de trésorerie: encaissements et décaissements liés aux cycles précédents avec au final un excédent ou une insuffisance.

Le bilan fonctionnel

Le bilan fonctionnel regroupe par catégorie les éléments nécessaires à une entreprise afin qu'elle réalise son activité. Il présente le cumul des flux de ressources et d'emplois échangés depuis la création de l'entreprise.
Les flux de ressources proviennent des ventes et des autres produits encaissables, des apports en capital, des subventions d'investissement, des emprunts ou encore des dettes fournisseurs, fiscales et sociales.
Parmi les emplois nous retrouvons les charges décaissables, les acquisitions d'immobilisations, les remboursements d'emprunts, les stocks ou les créances clients.
Tous les flux doivent être pris en compte à leur valeur d'origine, c'est à dire en valeurs brutes.

Synthèse des reclassements du bilan fonctionnel:

Synthèse des reclassements du bilan fonctionnel

Détails des reclassements:

(1)Seul le capital appelé (versé ou non) est une ressource stable pour l'entreprise. Les capitaux propres sont ainsi diminués du capital souscrit non appelé dans le bilan fonctionnel. Le capital souscrit appelé non versé est une créance à court terme.

(2)Un écart de conversion actif constate une perte de change latente (dépréciation d'une créance ou appréciation d'une dette). Un écart de conversion passif constate un gain de change latent (appréciation d'une créance ou dépréciation d'une dette). Il faut revenir à la situation initiale et donc ne pas tenir compte des gains ou pertes latents, les ECA et ECP sont donc annulés:
Prêts + ECA - ECP
Créances + ECA - ECP
Emprunts - ECA + ECP
Dettes fournisseurs - ECA + ECP

(3)Les charges à répartir concernent plusieurs exercices et sont donc à reclasser avec les immobilisations.

(4)Les intérêts courus non échus sont des charges (intérêts d'emprunts) ou des produits (intérêts sur prêts) qui n'ont pas été enregistrées en comptabilité car non dus à la date de clôture. Les ICNE sur prêts sont retranchés des immobilisations financières et ajoutés aux actifs hors exploitation. Les ICNE sur emprunts sont retirés des dettes financières et ajoutés aux dettes hors exploitation.

(5)A l'émission, les emprunts obligataires apparaissent en trésorerie pour leur valeur d'émission et en dettes financières pour leur valeur de remboursement. La différence est comptabilisée en primes de remboursement. La prime de remboursement est une charge qui est étalée dans le temps. Elles doivent être retirées du montant des emprunts obligataires, donc des ressources durables. Les emprunts obligataires sont ainsi présentés à leur valeur d'émission.

(6)Les immobilisations sont enregistrées en valeur brute à l'actif du bilan fonctionnel. Les amortissements et dépréciations sont des charges non décaissables qui sont à ajouter aux ressources durables de l'entreprise. Les provisions sont également ajoutées aux ressources durables.

(7)Les valeurs mobilières de placement sont considérées comme un élément de l'actif hors exploitation en cas de risque de perte ou si elles sont peu liquides. A l'inverse si elles sont liquides et sans risque de perte, elles sont considérées comme un élément de trésorerie active.

(8)Les concours bancaires courants ou soldes créditeurs de banque ne constituent pas une ressource stable et doivent donc être retirés des dettes financières pour être ajoutés dans la trésorerie passive.

(9)Les parts d'IS et de participation non encore réglées sont des dettes hors exploitation.

(10)L'escompte financier masque la réalité du poste clients et de la trésorerie. En retraitant les effets escomptés non échus, on en revient à la situation avant l'escompte, ce qui permet de se rendre compte des excès eventuels dans la politique de crédit accordé aux clients. Les EENE doivent être intégrés dans la trésorerie passive et dans les créances clients.

(11)Dans le but de faciliter la comparaison avec des entreprises ayant des modes de financement différents, les biens financés par crédit-bail peuvent être considérés comme des immobilisations financées par emprunt. La valeur d'origine est alors ajoutée dans les emplois stables, les amortissements virtuels aux ressources durables avec les autres amortissements de l'actif et la partie non amortie aux dettes financières.

Le fonds de roulement net global (FRNG)

Les emplois stables doivent être financés par des ressources stables.
Pour le vérifier on calcule le FRNG:

FRNG = ressources durables - emplois stables

Le FRNG doit donc être supérieur à zéro. Cette règle permet de vérifier la cohérence entre la politique de financement et celle d'investissement.

Le besoin en fonds de roulement (BFR)

En plus des immobilisations, une entreprise doit financer son cycle d'exploitation. Les crédits accordés aux clients restent peu de temps mais se renouvellent et génèrent un besoin permanent de financement. Ce besoin est diminué par les dettes en lien avec l'activité (dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales...). L'entreprise a généralement un besoin de financement permanent né du décalage entre le décaissement des achats et l'encaissement des ventes:

Formation du BFR

Ce besoin en fonds de roulement d'exploitation se calcule ainsi:

BFRE = actif circulant d'exploitation - dettes d'exploitation

On peut aussi caluler le BFR hors exploitation lié aux opérations d'investissement (créances et dettes sur immobilisations), de financement (ICNE) ou à l'impôt sur les sociétés (créances et dettes d'IS):

BFRHE = actif circulant hors exploitation - dettes hors exploitation

Le FRNG doit être suffisant pour faire face au BFRE. Respecter cette contrainte, c'est assurer en permanence que la solvabilité de l'entreprise, en n'ayant jamais une trésorerie négative; mais c'est aussi amoindrir la rentabilité. Le financement du cycle de production dépend du niveau d'activité et il n'est peut-être pas indispensable qu'il soit financé en permanence par des ressources durables.

Schéma FRNG et BFR

Il apparaît que si le FRNG couvre en permanence le BFR (FRNG n°1), l'entreprise dispose alors d'une trésorerie excédentaire qui représente un coût. La situation 2 dans laquelle le BFRE n'est pas financé en permanence par des ressources durables semble préférable et représente un compromis tout à fait acceptable entre solvabilité et rentabilité.

La trésorerie nette

La trésorerie est le montant de ressources disponibles après avoir financé les immobilisations et le cycle de production.

Trésorerie nette = FRNG - BFR

Ou

Trésorerie nette = trésorerie active - trésorerie passive

L'analyse du BFRE

Le niveau du BFR étant supposé proportionnel à l'activité, on a l'habitude de l'exprimer en fonction du chiffre d'affaires quotidien.

calcul du BFRE exprimé en jours de CA

Un ratio de rotation précise la durée pendant laquelle un bien (matières premières, marchandises, produits finis), une créance ou une dette, sont restés immobilisées dans l'entreprise. Les délais de rotation sont obtenus en comparant un poste du BFRE (stock, créance ou dette) à un flux d'achat, de production ou de vente.

Durée de stockage des matières premières =

délai de rotation des matières premières

Durée de stockage des marchandises =

délai de rotation des marchandises

Durée de stockage des produits finis =

délai de rotation des produits finis

La durée de stockage des produits finis ne peut être calculée que par un utilisateur interne à l'entreprise, le coût de production des produits finis n'apparaissant pas dans le compte de résultat.
Les délais suivants nécessitent une correction pour être homogènes. Les montants issus du compte de résultat (CA, achats) sont enregistrés HT alors que les dettes et créances sont exprimés TTC.

Durée de crédit accordé aux clients =

délai de crédit accordé aux clients

Durée de crédit accordé aux fournisseurs =

délai de crédit accordé aux fournisseurs

Structure financière

Différentes configurations peuvent se présenter en fonction de l'importance respective du fonds de roulement, du besoin en fonds de roulement et de la trésorerie. Elles traduisent chacune des situations financières différentes.

BFR, FR et trésorerie positifs

Diagnostic: Les BFR constatés sont entièrement financés par les ressources durables dont l'importance permet de dégager des disponibilités. Cette situation est apparemment la plus favorable pour l'entreprise.
Préconisations: Il faut s'interroger sur la rentabilité des excédents de trésorerie.

BFR et FR positifs, trésorerie négative

Diagnostic: Les BFR sont financés en partie par des ressources durables, en partie avec concours bancaires courants.
Préconisations: Il faut apprécier le niveau du risque bancaire. Pour réduite le niveau des concours bancaires, l'entreprise peut augmenter son FRNG en accroissant les ressources propres ou les dettes financières. Par ailleurs, elle peut réduire le BFR par une diminution des stocks, une réduction des créances clients ou une augmentation des dettes fournisseurs.

BFR et FR positifs, trésorerie négative

Diagnostic: Les concours bancaires courants couvrent une partie des actifs fixes, les BFR et les disponibilités. Cette situation est mauvaise.
Préconisations: L'entreprise doit restructurer son FRNG en augmentant les financements longs et en améliorant son autofinancement. Elle peut également diminuer son BFR.

BFR et FR positifs, trésorerie négative

Diagnostic: Les ressources induites par le cycle d'exploitation s'ajoutent aus ressources permanentes pour dégager un excédent de liquidités important. Cette situation est exceptionnelle (courante pour les entreprises de grande distribution mais rare pour les entreprises industrielles).
Préconisations: Il faut s'interroger sur la rentabilité des excédents de trésorerie.

BFR et FR positifs, trésorerie négative

Diagnostic: Les fournisseurs et les avances de la clientèle financent le cycle d'exploitation mais aussi une partie des immobilisations. Il s'agit du cas typique de la grande distribution.
Préconisations: L'entreprise risque d'être dépendante de ses fournisseurs. Il faut s'interroger sur l'insuffisance du FRNG. Un renforcement des ressources durables est à examiner.

BFR et FR positifs, trésorerie négative

Diagnostic: Les ressources durables ne couvrent qu'une partie de l'actif immobilisé et leur insuffisance est compensée par les fournisseurs, les avances de la clientèle et les concours bancaires courants.
Préconisations: Il s'agit d'une situation précaire pour l'entreprise qui est dépendante de ses fournisseurs et des banques. La stucture des financements est à revoir pour reconstituer le FRNG.

L'analyse de l'équilibre financier: endettement et solvabilité

Après l'étude de l'équilibre 'FRNG/BFR', il convient d'étudier l'endettement financier. En effet, il ne suffit pas que le FRNG soit positif, il faut également que l'endettement financier n'en représente pas une part trop importante et que l'entreprise soit en capacité de faire face à ses engagements à long terme. La solvabilité est la capacité de l'entreprise à rembourser ses emprunts.

ratio d'indépendance financière = Endettement financier / Total du bilan

Le ratio d'indépendance financière mesure le poids de l'endettement financier. Il ne doit pas représenter plus d'un tiers du bilan. L'endettement s'accompagne de dépenses annuelles fixes (amortissement des emprunts et intérêts) et en cas de baisse de l'activité, l'entreprise risque d'être dans l'incapacité de faire face à ses dettes.

ratio d'autonomie financière = Endettement financier / Capitaux propres

Le ratio d'autonomie financière exprime une règle de prudence pour les banques qui, en cas de faillite, seront remboursées sur les fonds propres de l'entreprise. Ce ratio doit être inférieur à 1.
Il faut cependant rester critique vis à vis de ce ratio, certaines entreprises peuvent supporter un endettement financier supérieur à leurs capitaux propres si elles génèrent des flux de trésorerie d'exploitation importants.

Capacité de remboursement = Endettement financier / CAF

La capcité de remboursement exprime le nombre d'années de CAF nécessaires au remboursement des dettes financières. Au-delà de 3 ou 4, ce ratio traduit une solvabilité insuffisante.

La première phase du diagnostic financier est terminée. Il faut la poursuivre par une étude complémentaire du bilan et du compte de résultat afin d'analyser la rentabilité des moyens mis en oeuvre et les risques encourus par l'entreprise.

Lire la suite: Diagnostic de la rentabilité >>>